Permis, points, orange, etc…
9 octobre, 2010 @ 10:24 Non classé

Aucun rapport avec la littérature,  mais parfois, cela fait du bien de traiter d’autre chose:  n’est-il pas ? Il y a quelques semaines,  j’ai participé à un stage de récupération de points (de permis de conduire, pour ceux qui n’auraient pas encore saisi);  j’ai eu l’impression d’être le mouton noir de mes proches, la mauvaise élève ou la malchanceuse pas foutue de tenir un volant sans risquer à tout moment une contravention. En fait, depuis ce stage, chaque fois que j’en fais le récit,  les langues se délient, et je m’aperçois que nous sommes de plus en plus nombreux à faire acte de présence pour deux jours de stage dans un centre agréé par l’état, afin de « récupérer » 4 points sur le permis de conduire, moyennant la somme de 240 euros. En Gironde c’est le tarif,  sauf quand il reste des places de « dernière minute »,  auquel cas on vous brade cela à 200 euros.

Je n’ai pas l’impression d’être une chauffarde, je suis même plutôt tranquille lorsque je conduis un véhicule motorisé…  Bon, disons qu’un jour,  je suis passée à l’ »orange brûlé » Place de Tourny à Bordeaux, ce qui,  pour la maréchaussée,  équivaut à « brûler un feu rouge »: 4 points de moins sur mon permis datant de 19.. (je ne dis pas la date, cela me vieillit trop !) ; puis deux mois plus tard, me voilà téléphonant à ma fille et « rattrapée » par deux policiers en moto. Je n’étais pas à 130 km/h sur une autoroute, non:  je roulais doucement le long du Parc bordelais;  je le répète,  je ne suis pas une folle du volant. Ne répondez jamais à vos enfants quand vous conduisez, même si cela fait trois fois qu’ils vous appellent en cinq minutes et parce que pris d’une angoisse de parent aimant et attentif (angoisse 99, 99 fois sur cent infondée), vous vous sentiriez coupable de ne pas répondre toute affaire cessante!  Deux points en moins, c’est beaucoup, pour avoir été pendant deux minutes un parent trop gentil;)

Le stage auquel je me suis inscrite se tenait au rez de chaussée d’un hôtel.  Je me suis retrouvée assise entre Pascal,  juriste et élu régional, et Maxime, cadre commercial. Une seule autre femme, soit une représentation féminine de 9%… je ne dis pas cela pour souligner que les femmes sont globalement moins dangereuses, je constate^^c’est tout. Et si j’y étais à ce fichu stage,  c’est que je ne suis pas parfaite,  j’en conviens. Bref; pour encadrer le stage, deux hommes étaient là: un formateur et un psychologue. J’ai vite senti que le formateur serait très sympa, très à l’écoute;  que le psychologue, en revanche,  jouerait le rôle du méchant: nettement plus sévère, et plus enclin à émettre des doutes quant à la pertinence des avis et des idées des participants; le formateur m’avouera lors d’une pause le lendemain que parfois les stages se passaient très mal, qu’ils y étaient victimes d’insultes et de menaces… ambiance….

Pendant presque l’intégralité de la première journée, s’est déroulé ce qu’on appelle « le tour de table »: chacun devait dire le nombre de points perdus, les infractions commises, sa perception des dangers les plus redoutables sur la route et enfin exposer ce qu’il considère comme la faiblesse la plus dangereuse dans ses propres habitudes. Très vite, se sont dessinés trois groupes: celui de ceux qui comme moi, avaient perdu leurs points bêtement sans commettre d’infractions gravissimes; celui de ceux qui roulent plus de 50 000km par an pour raisons professionnelles et commettent fréquemment des excès de vitesse, et enfin celui des chauffards. Hallucinant le groupe des chauffards ! On a eu droit au type qui annonce en ricanant que lui (contrairement à tous les blaireaux qui n’y connaissent rien) il sait conduire, qu’il a les moyens de se payer une grosse bagnole hyper puissante et hyper équipée et qu’il est moins dangereux à 200 km/h que ceux qui se traînent à 90km;  j’ai écouté ahurie un petit gars assez sympa mais un peu limité du bulbe, dire qu’il s’était fait choper à 176km/h dans une voie limitée à 50km/h; encore plus ahurie, j’ai entendu un brave pépère dire que sa plus grande peur était d’avoir un infarctus au volant car il est cardiaque, mais en aucun cas de tuer quelqu’un alors qu’il a été déjà deux fois condamné pour conduite en état d’ivresse. Le pompon a été atteint quand un type (retraité d’une carrière très responsable et respectable) a raconté qu’il s’était retrouvé 24heures en garde à vue pour refus d’obtempérer. Lassé d’être souvent contrôlé (il prétend que c’est parce qu’il roule en berline de luxe qu’il attire les vilains jaloux policiers),  il ne s’est pas arrêté, alors que deux représentants de l’ordre public lui faisaient signe. Il les a semés pendant plusieurs minutes, puis a été rattrapé.  S’en sont suivis placage au sol, menottes, et garde à vue, sans compter de multiples contraventions et un rendez vous devant le juge. Croyez-vous qu’il était honteux ? Pas du tout ! Il se marrait, se sentait la vedette du groupe, le Jean-Paul Belmondo (époque le Guignolo) de la Gironde !

Pendant deux jours,  j’ai entendu plus de discours machistes et irresponsables que durant ma vie entière;  je suis la première à considérer le permis à points tel qu’il est conçu en France,  mal adapté et trop sévère.  Pourtant j’ai été choquée par l’immaturité et la bêtise de beaucoup de conducteurs. Ils se sont bien marrés la plupart, pendant ce stage; on a eu droit à tout: blagues vaseuses ou salaces, colère infantile contre l’ordre établi, propos d’une mauvaise foi crasse… Et  si toutes les catégories sociales étaient représentées, ce n’était pas forcément de la bouche des moins instruits qu’on entendait le plus d’âneries…..  Il était flagrant que la plupart des inscrits étaient là pour récupérer leurs points et basta ! L’un deux en est déjà à son 4ème stage….Une expérience édifiante. J’ai récupéré 4 points  sur mon permis, mais je ne suis pas sortie du stage très optimiste sur la nature humaine.

Pensez-à moi la prochaine fois que vous passez à l’orange brûlé ^^

-Marie Lebrun
rss 18 réponses
  1. Yola
    9 octobre, 2010 | 17:32 | #1

    Il y aurait un roman à écrire là-dessus. Un homme, ou une femme, qui prend sa voiture subit, en général, une transformation assez radicale. D’un coup, l’être d’ordinaire policé et courtois que vous connaissez devient hargneux, grossier… Quel drôle d’énergumène qu’un automobilistes! Je trouve cela assez fascinant, non?

  2. 10 octobre, 2010 | 16:51 | #2

    Un roman je ne sais pas, mais une nouvelle ou des sketchs, certainement. La conduite automobile révèle parfois ce qu’il y a de pire chez un être humain; en prendre conscience est déjà un premier pas, mais parmi les conducteurs rencontrés à ce stage , il y en avait encore pas mal qui hélas, ne voulaient surtout pas prendre conscience de leurs comportements dangereux. Histoire de continuer à prendre les voies publiques pour un défouloir ou un lieu où ils se sentent invincibles, tant qu’ils ne se font pas « prendre » sur le fait.

  3. 24hcolo
    10 octobre, 2010 | 17:55 | #3

    Hello Marie,

    Quelle belle (si je puis dire) expérience. Je trouve toujours très enrichissante la plongée (en général non volontaire) dans des cercles auxquels on n’est pas du tout affiliés : on apprend beaucoup, comme vous dites, sur la nature humaine, ou du moins on mesure mieux la distance qui nous sépare des Autres, habitués (trop !) que nous sommes à fréquenter un entourage qu’on veut rassurant, donc très similaire à nous.
    Ainsi, quand mes collègues vont à la cantine, moi je m’éclipse du bahut pour aller au Kebab. Là c’est carrément de la spéléo… Comme j’y vais en général seul, j’en profite pour faire silence et écouter les conversations, observer les gestuelles… C’est très intéressant. Dépaysant maisu pas forcément aussi désagréble que pour vous pendant votre stage. M’est avis que la parité homme/femme est à peu près aussi respectée que la loi elle-même dans ce genre de « stage ».
    Moi qui n’ai jamais eu moins de 11 points sur mon permis, j’espère que je ne vais pas devoir y avoir recours. A ce propos, n’ayant pas de portable (je n’en démordrai pas), je ne risque déjà pas de me faire pécho pour cette raison-là… ;-)

    Sergio

  4. 24hcolo
    10 octobre, 2010 | 18:01 | #4

    @ Yola : il me semble qu’effectivement, une étude a démontré que l’être humain est dans un état radicalement différent au volant : très souvent en état pré-hypnotique (quand vous pensez avoir eu une phase de micro-sommeil de quelques secondes), et sujet à des réflexes primaires, affectifs, sans contrôle suffisant de la raison.
    Un peu comme devant un match de foot.
    Ou un bouquin pourri (tiens le dernier Coelho par exemple « la solitude du vainqueur », je meurs d’ennui et un sentiment lancinant de tromperie déclenche en moi une ire de plus en plus incontrôlable ; bientôt ma femme ne m’autorisera plus à lire au lit ;-)

  5. 10 octobre, 2010 | 22:37 | #5

    @24hcolo
    L’expérience a été loin d’être négative: j’ai bien ri (souvent in petto), j’ai appris beaucoup de choses notamment grâce aux témoignages et certains participants étaient très sympathiques. Mais c’est le genre d’expérience que l’on ne souhaite pas renouveler fréquemment, en premier lieu parce qu’elle coûte cher, en second lieu parce que c’est éprouvant d’entendre beaucoup de sottises…

  6. 11 octobre, 2010 | 11:16 | #6

    Heu…j’aurais deconné aussi, car le stage me semble une machine à fric comme les radars !
    Je passe mon permis moto et je dois faire une mise à niveau de mon code ( le repasser en bref)
    Je suis ecoeurée d’apprendre les restrictions imposées au volant, quelle infantilisation !
    Plus on impose des restrictions, plus l’être humain a tendance à les contourner, plus il les contourne plus on y met des restrictions, cercle vicieux qui mene à se « moquer » sur les lois restrictives imposées. Les lois n’ont plus aucune logique d’où on les tourne en comique.

    Dernière publication sur Valy-Christine Océany : Mes livres avec dédicace

  7. 11 octobre, 2010 | 17:34 | #7

    @Valentina
    tu passes ton permis moto ? Quelle aventurière ! Il faudra que tu nous raconte cela !

  8. Marco
    12 octobre, 2010 | 12:37 | #8

    J’aime beaucoup ce billet, qui soulève plusieurs problèmes différents avec justesse. Oui, on perd des points trop facilement avec des contrôles qui sont de véritables pièges, et oui, il y a par ailleurs de grands salopards/malades sur les routes.

  9. 12 octobre, 2010 | 20:53 | #9

    @Marco
    Et bien merci d’apprécier… Moi aussi j’aime beaucoup vos billets; vous imaginez si on pouvait fusionner nos talents sur un seul blog ? on casserait la baraque…Ils n’auraient plus qu’à numéroter leurs abattis les Assouline & co :-D

  10. alain g. cor
    14 octobre, 2010 | 11:09 | #10

    Eh oui, la descente dans les bas fonds de la nature humaine n’a bien souvent pas de limites, tout comme la vitesse de circulation, visiblement. Ils feraient peut-être mieux de faire des stages de théâtre, ces gens que vous avez rencontrés…

  11. 15 octobre, 2010 | 10:35 | #11

    @alain g.cor
    Des stages de théâtre ? Certains auraient des dispositions pour jouer les comiques, très certainement. Mais auraient-ils le niveau mental pour apprendre un texte ? Pour beaucoup d’entre eux, la réponse est non !

  12. alain g.
    15 octobre, 2010 | 11:43 | #12

    J’entendais par là que cela leur permettrait de sortir un moment d’eux-mêmes, de leur personnage (c’est ce que l’on préconise dans les entreprises, et les stages de développement personnel), en tout cas mieux que de prendre le volant (ou d’en parler). Une chose est sûre, ils seraient mois dangereux que sur les routes.

  13. 15 octobre, 2010 | 18:21 | #13

    @alain g.cor:
    oui, vu ainsi je comprends: des stages de théâtre comme thérapie de groupe pour chauffards en voie de repentance;) je ne suis pas sûre que certains le méritent (dans certains cas faudrait pouvoir leur interdire à vie de conduire) mais pour quelques uns cela pourrait peut-être marcher.

  14. Yola
    17 octobre, 2010 | 17:35 | #14

    @24hcolo Je n’avais pas pensé aux réactions face à un mauvais bouquin ou un mauvais film. En revanche, je me suis surprise cette semaine à injurier copieusement mon ordinateur, au boulot. Etais-je en état pré-hypnotique? En tout cas, ce n’étais guère plus élégant que l’automobiliste qui vocifère au volant de sa voiture. Honte à moi…

  15. 24hcolo
    17 octobre, 2010 | 18:05 | #15

    A Yola : vous seriez étonnée de savoir le nombre de fois qu’on est dans un état pré-hypnotique dans une journée, dixit ma belle-soeur qui est infirmière-anesthésiste.
    Déjà, devant tous les écrans. J’en veux pour preuve que la plupart des gamins que j’emmène en salle info en oublient parfois leur date de naissance (pas si pratique que cela comme mot de passe pour entrer sur le réseau du collège !)
    Mais je pense que quand la colère s’exprime, c’est qu’on vient juste d’en sortir, de cet état. Là, c’est le cerveau reptilien qui oeuvre ;-)
    @ tous ceux qui écrivent : ça ne vous est jamais arrivé d’entrer en état (pré-)hypnotique quans vous débitez ?

  16. NLR
    28 octobre, 2010 | 18:02 | #16

    Lecture amusante. Et instructive. Pour ma part c’est résolu : je roule en vélo depuis l’an 2000.

    Portez-vous bien.

  17. Marie
    29 octobre, 2010 | 8:25 | #17

    @NLR: excellent pour la forme et la ligne, le vélo ! Mais attention aux feux rouges, sinon vous risquez un PV de 90 euros ^^
    Portez-vous bien aussi;)

  18. 1 novembre, 2010 | 11:52 | #18

    Oui, Marie, je passe mon permis et…le plus dur c’est repasser le code…une horreur ! Je l’ai eu, ouf.
    J’ai découvert la moto en tant que passagère en avril 2010, espace de liberté, sensualité ( ben oui, ;-) )et vertige de plaisir.
    Je commence le plateau (apprendre à conduire la moto) mardi.
    Une expérience unique pour moi, je ratrappe ma jeunesse ( si on accepte que c’est possible)et…promis je vais te raconter tout ça, bisous

    Dernière publication sur Valy-Christine Océany : Mes livres avec dédicace

Laisser un commentaire

Les voyages du Lion Hupmann |
yadieuquirapplique |
puzzle d'une vie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Partager des mots
| catherinerobert68
| Thoughts...