posts de octobre 2010


Permis, points, orange, etc…

Aucun rapport avec la littérature,  mais parfois, cela fait du bien de traiter d’autre chose:  n’est-il pas ? Il y a quelques semaines,  j’ai participé à un stage de récupération de points (de permis de conduire, pour ceux qui n’auraient pas encore saisi);  j’ai eu l’impression d’être le mouton noir de mes proches, la mauvaise élève ou la malchanceuse pas foutue de tenir un volant sans risquer à tout moment une contravention. En fait, depuis ce stage, chaque fois que j’en fais le récit,  les langues se délient, et je m’aperçois que nous sommes de plus en plus nombreux à faire acte de présence pour deux jours de stage dans un centre agréé par l’état, afin de « récupérer » 4 points sur le permis de conduire, moyennant la somme de 240 euros. En Gironde c’est le tarif,  sauf quand il reste des places de « dernière minute »,  auquel cas on vous brade cela à 200 euros.

Je n’ai pas l’impression d’être une chauffarde, je suis même plutôt tranquille lorsque je conduis un véhicule motorisé…  Bon, disons qu’un jour,  je suis passée à l’ »orange brûlé » Place de Tourny à Bordeaux, ce qui,  pour la maréchaussée,  équivaut à « brûler un feu rouge »: 4 points de moins sur mon permis datant de 19.. (je ne dis pas la date, cela me vieillit trop !) ; puis deux mois plus tard, me voilà téléphonant à ma fille et « rattrapée » par deux policiers en moto. Je n’étais pas à 130 km/h sur une autoroute, non:  je roulais doucement le long du Parc bordelais;  je le répète,  je ne suis pas une folle du volant. Ne répondez jamais à vos enfants quand vous conduisez, même si cela fait trois fois qu’ils vous appellent en cinq minutes et parce que pris d’une angoisse de parent aimant et attentif (angoisse 99, 99 fois sur cent infondée), vous vous sentiriez coupable de ne pas répondre toute affaire cessante!  Deux points en moins, c’est beaucoup, pour avoir été pendant deux minutes un parent trop gentil;)

Le stage auquel je me suis inscrite se tenait au rez de chaussée d’un hôtel.  Je me suis retrouvée assise entre Pascal,  juriste et élu régional, et Maxime, cadre commercial. Une seule autre femme, soit une représentation féminine de 9%… je ne dis pas cela pour souligner que les femmes sont globalement moins dangereuses, je constate^^c’est tout. Et si j’y étais à ce fichu stage,  c’est que je ne suis pas parfaite,  j’en conviens. Bref; pour encadrer le stage, deux hommes étaient là: un formateur et un psychologue. J’ai vite senti que le formateur serait très sympa, très à l’écoute;  que le psychologue, en revanche,  jouerait le rôle du méchant: nettement plus sévère, et plus enclin à émettre des doutes quant à la pertinence des avis et des idées des participants; le formateur m’avouera lors d’une pause le lendemain que parfois les stages se passaient très mal, qu’ils y étaient victimes d’insultes et de menaces… ambiance….

Pendant presque l’intégralité de la première journée, s’est déroulé ce qu’on appelle « le tour de table »: chacun devait dire le nombre de points perdus, les infractions commises, sa perception des dangers les plus redoutables sur la route et enfin exposer ce qu’il considère comme la faiblesse la plus dangereuse dans ses propres habitudes. Très vite, se sont dessinés trois groupes: celui de ceux qui comme moi, avaient perdu leurs points bêtement sans commettre d’infractions gravissimes; celui de ceux qui roulent plus de 50 000km par an pour raisons professionnelles et commettent fréquemment des excès de vitesse, et enfin celui des chauffards. Hallucinant le groupe des chauffards ! On a eu droit au type qui annonce en ricanant que lui (contrairement à tous les blaireaux qui n’y connaissent rien) il sait conduire, qu’il a les moyens de se payer une grosse bagnole hyper puissante et hyper équipée et qu’il est moins dangereux à 200 km/h que ceux qui se traînent à 90km;  j’ai écouté ahurie un petit gars assez sympa mais un peu limité du bulbe, dire qu’il s’était fait choper à 176km/h dans une voie limitée à 50km/h; encore plus ahurie, j’ai entendu un brave pépère dire que sa plus grande peur était d’avoir un infarctus au volant car il est cardiaque, mais en aucun cas de tuer quelqu’un alors qu’il a été déjà deux fois condamné pour conduite en état d’ivresse. Le pompon a été atteint quand un type (retraité d’une carrière très responsable et respectable) a raconté qu’il s’était retrouvé 24heures en garde à vue pour refus d’obtempérer. Lassé d’être souvent contrôlé (il prétend que c’est parce qu’il roule en berline de luxe qu’il attire les vilains jaloux policiers),  il ne s’est pas arrêté, alors que deux représentants de l’ordre public lui faisaient signe. Il les a semés pendant plusieurs minutes, puis a été rattrapé.  S’en sont suivis placage au sol, menottes, et garde à vue, sans compter de multiples contraventions et un rendez vous devant le juge. Croyez-vous qu’il était honteux ? Pas du tout ! Il se marrait, se sentait la vedette du groupe, le Jean-Paul Belmondo (époque le Guignolo) de la Gironde !

Pendant deux jours,  j’ai entendu plus de discours machistes et irresponsables que durant ma vie entière;  je suis la première à considérer le permis à points tel qu’il est conçu en France,  mal adapté et trop sévère.  Pourtant j’ai été choquée par l’immaturité et la bêtise de beaucoup de conducteurs. Ils se sont bien marrés la plupart, pendant ce stage; on a eu droit à tout: blagues vaseuses ou salaces, colère infantile contre l’ordre établi, propos d’une mauvaise foi crasse… Et  si toutes les catégories sociales étaient représentées, ce n’était pas forcément de la bouche des moins instruits qu’on entendait le plus d’âneries…..  Il était flagrant que la plupart des inscrits étaient là pour récupérer leurs points et basta ! L’un deux en est déjà à son 4ème stage….Une expérience édifiante. J’ai récupéré 4 points  sur mon permis, mais je ne suis pas sortie du stage très optimiste sur la nature humaine.

Pensez-à moi la prochaine fois que vous passez à l’orange brûlé ^^

Les voyages du Lion Hupmann |
yadieuquirapplique |
puzzle d'une vie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Partager des mots
| catherinerobert68
| Thoughts...