auto édition
16 juillet, 2010 @ 11:45 Non classé

Je m’intéresse depuis quelques temps à l’auto-édition. Si mon manuscrit actuellement en lecture chez X  (dont j’ai déjà parlé ici), et en attente de lecture également chez un éditeur « régional »,  ne trouve pas preneur à compte d’éditeur d’ici quelque mois,  j’envisage de l’auto-éditer pour en garder une trace concrète;  loin de moi l’envie d’en tirer un quelconque bénéfice matériel: cela risque au mieux d’être une opération blanche,  les ventes compensant grosso modo le financement initial. Au pire, l’auto-édition présente le risque de faire perdre un peu d’argent si l’auteur se retrouve avec quelques dizaines d’ex invendus.  Mais si l’on y réfléchit bien, l’auto-édition n’est  guère plus coûteuse que l’opération consistant à arroser tout Paris de manuscrits: entre les frais de photocopies, de reliure et les frais postaux,  il y en a pour plusieurs euros par ex envoyé.  Selon le volume de son manuscrit, l’écrivain en recherche d’éditeur qui envoie son texte par la Poste dépense entre 7 à 15 euros par exemplaire. Certains en viennent à dépenser des centaines d’euros pour des tapuscrits qui finissent au pilon.

J’ai trouvé deux sites proposant de l’auto publication qui font moins « arnaque » que d’autres:

Copy Média:

Devis pour un roman de 150 pages, en cent exemplaires, sur papier bouffant 90g : 581, 61 euros.

Copy Media est un imprimeur; c’est à l’auteur de vendre son livre à son entourage, via son blog, et,  s’il est chanceux, via les librairies ou salons du livre de province où il pourra obtenir une séance dédicace.

Yvelinéditions:

Devis pour un roman de 150 pages en cent exemplaires: 1415 euros

Vous remarquez qu’entre les deux, on passe déjà du simple au triple, question budget. La différence, si l’on en croit leur site, tient à ce que Yvelinéditions propose un contrat type, dans lequel l’éditeur  s’engage à divers services:  attribution d’un ISBN, diffusion sur son site, sur Amazon, Fnac.com, Alapage, etc…

 

Sinon, il y a le déjà très connu The Book Edition:  là, pas de frais à avancer; si l’on veut acheter son livre (150p), à prix coûtant, cela revient à 9, 49 euros; cent ex reviennent à 949 euros, somme très supérieure à celle que l’auteur dépenserait chez Copy Média. On se demande pourquoi une telle différence de coût.

Chez The Book-Edition, l’auteur  fixe lui-même le prix de vente.  Son livre sera en vente sur le site uniquement, l’auteur pouvant faire sa pub via un blog.

Tout cela n’est pas hyper exaltant comparé à la publication d’un livre chez un éditeur traditionnel, mais si l’on prend en compte le fait que beaucoup d’auteurs publiés aujourd’hui ne vendent guère plus de 400 ex, on se dit:  pourquoi pas ?

 

-Marie Lebrun
rss 12 réponses
  1. 24hcolo
    17 juillet, 2010 | 9:34 | #1

    Ah, voilà des précisions de fort bon aloi. Je connaissais déjà Copy-média, ils n’hésitent pas à vous envoyer un exemplaire de leur travail (un 11×18 certes bien imprimé, un histoire égyptienne sympa mais alors bourrée de fautes, comme quoi dans l’auto-édition il y a à boire et à vomir…) et ont des tarifs compétitifs, surtout à partir de 100 ex. Vous ajoutez à cela l’ISBN (obtention gratuite me semble-t-il) et un petit envoi à la SGDL pour protéger votre oeuvr et zou, vous pourrez aller vendre « Solo… » sur les marchés bordelais… ;-)

  2. alain g.cor
    17 juillet, 2010 | 10:11 | #2

    Est-ce que vous l’avez déjà beaucoup retravaillé/remanié, votre livre ?

  3. 17 juillet, 2010 | 11:39 | #3

    @24hcolo: oui, avec Copy Media, il faut fournir un words nickel car il ne corrigent pas, à ce prix là. Et effectivement à part les marchés et les blogs…Vu que c’est de l’auto édition, les librairies à mon avis n’en veulent pas.
    @Alain g.cor: oui il a été retravaillé, lu par plusieurs personnes dont des pros…Le retravailler encore serait à ce stade le « formater » pour un éditeur précis: le rendre plus « populaire et commercial » au risque de dénaturer le travail initial. A un moment il faut choisir: écrire ce que l’on a envie d’écrire, ou adapter le texte à une demande.

  4. Pascal Simatic
    18 juillet, 2010 | 8:34 | #4

    Je ne connais pas votre oeuvre mais souvent un livre sortant un tant soit peu des sentiers battu ne s’édite que difficilement… Il faut qu’il y ait correspondance entre la pensée de l’auteur, la pensée de l’éditeur et… le marché.

    Proust lui même ne s’est pas fait éditer tout de suite, Balzac non plus…

    S’auto-éditer m’apparait comme acheter un deltaplane au lieu de prendre un vol long courrier.

  5. Noémie de BoD
    20 juillet, 2010 | 14:34 | #5

    Bonjour Céline,

    Il y a un autre prestataire chez qui tu peux publier ton livre : http://www.bod.fr.
    Pour 39 euros, un ISBN est attribué à ton livre qui est référencé auprès des libraires et également des boutiques en ligne comme amazon ou chapitre. C’est toi qui fixe ton prix de vente et donc la marge d’auteur. Il n’y a aucun tirage minimum et/ou initial. Il est possible de commander un ou plusieurs exemplaires, selon les besoins. Un livre de 150 pages revient par exemple à 10,57 € pour une impression à l’unité et à 5,53 € pour une commande de 100 exemplaires.

  6. 24hcolo
    20 juillet, 2010 | 18:12 | #6

    Bonjour Marie/Céline/Nicole (j »ai la tête qui tourne ;-)

    Lu sur le forum de jeunesecrivains :

    « En effet, si vous choisissez la formule classique à 39 euros, sachez que le contrat dure cinq ans et que chaque mois sur cette période, vous devrez payer 2 euros pour que votre livre soit sur Amazon et compagnie. Même si vous ne le voulez pas, vous paierez et il y sera. Faites le calcul ! Il n’y a pas que 39 euros à payer. »

    « Etre référencé en librairie semble faire rêver beaucoup d’auteurs amateurs, alors qu’en réalité ça n’apporte rien. Les librairies ne commanderont jamais votre bouquin, sauf si c’est un client qui le leur demande. Et sur Amazon, je ne connais pas grand monde qui achète un le roman d’un illustre inconnu, auto-édité.
    Quand à l’ISBN, c’est gratuit en France.
    Vous pouvez déjà économiser 39 euros… »

  7. 20 juillet, 2010 | 22:17 | #7

    @24hcolo
    j’ai eu le même réflexe et suis tombée sur le même forum: ça ne donne pas très envie, le fait de payer comme pour un abonnement de tel…
    En fait il faut être lucide: si on veut juste 50 à 100 ex, Copy media semble le mieux et le moins cher. Apparemment certains éditeurs pros s’adressent à eux, la qualité ( papier, impression) est la meilleure sur le marché. Bien meilleure que chez Lulu et The Book édition.
    Si on veut être référencé en librairie, bod et Yveline semblent plus adaptés, mais déjà que les maisons tradi ont de plus en plus de mal à écouler leurs premiers tirages, on peut aisément imaginer que le libraire ne mettra pas sur une table bien exposée le bouquin de l’auto-édité. Il acceptera peut-être une dédicace un samedi après-midi. Mais le samedi, il vend combien d’ex l’auto-édité ? 4 à 10 grand maximum ? Et s’il tombe un mauvais jour, zéro exemplaire vendu….Là on doit rentrer à la maison tout péteux;) Tiens, samedi dernier justement chez Alice Bordeaux, il y avait une dame auteur de polar éditée aux « Nouveaux auteurs ». je suis restée espionner un 1/4 d’heure…Personne ne s’est arrêté. Il faut dire qu’elle discutait avec une copine surprise de la trouver là. Je serais curieuse de savoir combien elle a vendu en une demi journée.

  8. aillon
    25 juillet, 2010 | 15:53 | #8

    Bonjour,
    Je suis arrivé sur votre site par celui de Wrath (que j’aime bien).
    J’ai démarré dans l’autoédition (dix ans) et je n’ai jamais perdu d’argent. Mieux, j’ai gardé les droits de mes livres. Mais je ne suis jamais passé une entreprise spécialisé. Il vaut mieux être complétement éditeur, ce qui implique: faire un bon livre, le convertir en pdf, demander des devis à des imprimeurs qui font du numérique (par exemple Jouve), obtenir un segment éditeur, avoir ses propres codes barres, distribuer soit même, et… vendre.
    Amitié

  9. 25 juillet, 2010 | 18:16 | #9

    @Aillon.
    Merci pour l’info. C’est fou comme Wrath crée comme contacts « webiens »; tout le monde la critique, mais au final sans elle , j’ignorerais l’existence de dizaines de blogs;)
    Amicalement aussi

  10. Ndjavé
    1 décembre, 2011 | 11:54 | #10

    Bonjour

    J’arrive ici par l’intermédiaire de T. Pavon de copymédia. J’ai autoédité un livre que j’ai fait imprimer chez eux en 150 ex. J’ai gagné de l’argent entre les coûts d’impression et la vente dans mon entourage et chez mes amis, au Gabon malgré un petit défaut de relecture. Je crois que j’en ferai 50 de plus, bien revisés.
    J’ai bien suivi toutes leurs recommandations et j’ai même obtenu une liste isbn pour les éventuels prochains.
    Je connais des gens qui ont publié ici via des éditeurs locaux: beaucoup le regrettent et se retrouvent avec des stocks entre les mains.
    Je pense donc qu’il faut se faire plaisir, et à moindre coût, tout en étant gagnant.

  11. 10 mai, 2013 | 11:53 | #11

    Bonjour
    Mon association « J’attends donc je lis » propose de publier des textes courts 5 fois par an. (Gratuitement, bien sûr !)
    Chacun peut tenter sa chance avec ses propres textes à cette adresse:

    http://jattendsdoncjelis.unblog.fr/

    A faire suivre!
    Cordialement
    Sabine, la présidente

    Dernière publication sur Les mains de Sabine : Une feuille, un livre

  12. 10 mai, 2013 | 13:54 | #12

    Merci pour cette information !
    Comme vous avez pu le constater, mon blog n’est pas « alimenté » depuis un moment. je compte le restructurer.
    D’autant que j’ai publié un livre sur Atramenta, site d’écriture, de lecture et d’auto édition accompagnée
    Votre site m’intéresse, je vais y faire un tour.
    A bientôt

Laisser un commentaire

Les voyages du Lion Hupmann |
yadieuquirapplique |
puzzle d'une vie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Partager des mots
| catherinerobert68
| Thoughts...